Retraite surcomplémentaire : comment bien la choisir ?

Retraite surcomplémentaire
Accueil / Finances / Retraite surcomplémentaire : comment bien la choisir ?

Publié le : 13 septembre 20227 mins de lecture

De nos jours, il est tout à fait possible d’améliorer sa retraite en souscrivant une retraite supplémentaire. Elle a été établie pour renforcer la pension de retraite que vous touchez de votre part des régimes de retraite obligatoires. Elle peut être souscrite à titre individuel ou par l’entreprise afin d’obtenir une épargne complémentaire.

Qu’est-ce que la retraite supplémentaire ?

La retraite surcomplémentaire, appelée également retraite supplémentaire, est une sorte de retraite obtenue par les Français au-dessus de leur retraite complémentaire ainsi que de leur retraite de base. Elle complémente la pension comprise dans les régimes obligatoires de la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) et de l’Agirc-Arrco. Elle est facultative par rapport à la retraite complémentaire. Mais, elle est un moyen indispensable afin de recevoir une pension bien confortable durant sa vie après le parcours professionnel. Vous pouvez le souscrire dans les prévoyances, les entreprises d’assurance ou les établissements bancaires. Elle utilise un mode de fonctionnement par capitalisation. Pour ce faire, le titulaire du contrat fait des cotisations qui s’accumulent afin de recevoir une rente viagère ou un capital. Ainsi, le souscripteur verse des primes régulières dans son contrat durant sa vie professionnelle et obtient finalement une épargne retraite. Il percevra un capital ou des rentes viagères données par l’organisme qu’il a choisi à la fin de sa vie professionnelle. C’est à l’âge légal du début de la retraite que le titulaire du contrat profite de la retraite supplémentaire avec les régimes obligatoires de la retraite. En effet, le versement du capital ou des rentes mensuelles autorise la liquidation de la retraite surcomplémentaire. Pour plus d’informations, veuillez visiter agipi.com

À lire en complément : Comment fonctionne un plan d'épargne retraite ?

Quels sont les avantages de la retraite surcomplémentaire ?

La souscription d’un système de retraite surcomplémentaire au sein de la société apporte des avantages pour le salarié et pour l’employeur. Le salarié gagnera une fiscalité avantageuse au-delà des gains d’une pension retraite donnée par un régime obligatoire quand il signe un contrat de retraite supplémentaire. Ce type de retraite permet de bénéficier des revenus imposables tirés des cotisations données chaque mois. En effet, plus le titulaire sera fortement ordonné, plus la distribution de ses cotisations sera importante. Cependant, comme cet avantage ne doit pas aller au-delà des revenus annuels, vous n’obtiendrez pas 8 fois le seuil annuel de la Sécurité sociale. C’est l’avis d’imposition qui définit la valeur du plafond d’épargne retraite qui varie chaque année. Quant à l’avantage de l’employeur, il utilise un contrat de retraite supplémentaire dans le but de motiver et de fidéliser ses employés. Pour l’entreprise proprement dite, la souscription à ce type de contrat lui donne des possibilités d’obtenir plusieurs avantages fiscaux. Son résultat imposable provient de la totalité des sommes qu’elle place à la caisse de retraite supplémentaire. De plus, l’entreprise pourra profiter de défiscalisation sur quelques charges sociales et taxes tirées des salaires.

À parcourir aussi : La récupération gratuite des avoirs du 2ème pilier : Une option réelle pour les cotisants

Comment fonctionne la retraite supplémentaire ?

En étant facultative, la retraite supplémentaire est indépendante des syndicats ou des organismes étatiques. Pour profiter d’une retraite surcomplémentaire, le salarié doit se souscrire auprès de la prévoyance, d’une entreprise d’assurance ou de la banque. Cette solution est souvent choisie par les dirigeants d’entreprise ou les entrepreneurs qui versent un minimum de cotisation dans le régime général de la Sécurité sociale. Ce type de retraite figure dans le cadre de la préparation de la vie après le parcours professionnel. Le souscripteur devra verser lui-même des cotisations qui boosteront son projet dans le but d’améliorer sa future retraite. Le dirigeant et ses salariés bénéficieront ainsi d’un gain supplémentaire lors de la liquidation de leurs pensions de retraite. De nos jours, l’entreprise pourra choisir entre deux types de retraites supplémentaires : le plan d’épargne retraite (PER) d’entreprise obligatoire ou le plan d’épargne retraite d’entreprise collectif. Ensuite, la retraite supplémentaire individuelle est un financement qui peut venir complémenter la retraite obligatoire. La souscription de façon individuelle est actuellement possible, sans les éventuelles conditions particulières. Il s’agit d’une solution spécifique et d’un moyen choisi par le titulaire du contrat pour amplifier son épargne en vue de sa retraite. Par conséquent, les différentes formes de retraite supplémentaire sont : le plan d’épargne en actions (PEA), l’assurance accident de la vie ou d’un plan d’épargne retraite (PER). Il y a également d’autres types de produits de retraite surcomplémentaire qui ne sont plus utilisés comme l’article 83, le PERP, les vieux contrats type Madelin et le Préfon.

Comment calculer la retraite supplémentaire ?

Comme cité précédemment, la souscription d’une retraite surcomplémentaire peut donner lieu à une constitution d’un capital ou d’une rente viagère lors de la fin de l’activité professionnelle du souscripteur. Ce dernier connaîtra d’avance sa cotisation, qui peut être versée chaque mois. S’il s’agit d’une rente viagère, il le recevra tous les mois, tous les trois mois ou par an jusqu’à son décès. Afin de définir la somme de cette rente, l’établissement financier qui prend en charge le contrat d’épargne retraite prendra en compte certains critères comme l’âge du souscripteur, le montant total de l’épargne constitué et l’espérance de vie du titulaire du contrat. Cette espérance de vie est déterminée par la base des tables de mortalité de l’INSEE.

Plan du site