Les pièces embouties : tolérances et matériaux

emboutissage

Il existe un procédé spécifique qui permet de réaliser des pièces embouties : il s’agit de l’emboutissage. Le principe consiste à utiliser des bobines ou des feuilles d’aluminium ou de métal pour obtenir le résultat souhaité. Grâce aux nouvelles technologies, il est de nos jours possible de créer des pièces selon les spécifications particulières des clients. Ces quelques lignes vous éclaireront mieux sur ce sujet.

L’emboutissage : quels sont les avantages ?

Dans l’industrie, l’emboutissage est un procédé très populaire, car il permet de créer une variété de pièces qui ne peuvent pas être créées par d’autres méthodes comme le fraisage. Le résultat est fabriqué à partir d’une matière première de haute qualité. Par conséquent, les travaux de polissage et de finition sont moins coûteux. En plus de cela, l’emboutissage permet d’avoir des pièces beaucoup plus esthétiques.

Par ailleurs, cette technique offre un gain de temps important. En effet, les industriels peuvent usiner jusqu’à 200 pièces par heure pour les modèles imposants et jusqu’à 4 000 pièces pour les petits formats. Cependant, pour obtenir un résultat parfait, la machine doit être réglée avec précision et la manipulation nécessite un savoir-faire spécifique.

L’achat nécessite également un investissement important. L’externalisation reste la meilleure solution pour concevoir des pièces embouties à moindre coût. Pour bénéficier des meilleurs tarifs, contactez une entreprise spécialisée dans le processus d’emboutissage. Grâce à son expertise, elle sera en mesure de fabriquer des pièces sur mesure de haute qualité à un coût très avantageux. Pour trouver un professionnel de confiance, rendez-vous sur kuchly-sa.fr.

L’emboutissage : comment ça marche ?

L’emboutissage permet la création de toute une gamme de pièces embouties. Tout d’abord, la tôle est graissée avant d’être placée sur la matrice. Ensuite, le serre-flan est placé sur la pièce à transformer. Ce dernier exerce une pression afin de stabiliser le flan ou le becker. La tôle sera ensuite déformée à l’aide d’un poinçon jusqu’à ce qu’elle atteigne sa forme finale.

A l’heure actuelle, il existe deux types d’emboutissage. D’une part, il y a le procédé de l’emboutissage à chaud, dans lequel les pièces sont transformées au moyen de la technique de chauffage. Dans ce cas, la matrice et le flan doivent être chauffés pour obtenir la forme désirée. Cependant, il faut prévoir une période d’attente assez longue entre les opérations, ce qui peut générer une perte de temps inutile.

D’autre part, il existe l’emboutissage à froid. Cette technique est très précise. Les pièces sont estampées à température ambiante, ce qui réduit les coûts de production. Quel que soit le procédé choisi, le produit obtenu a une forme conique ou courbe et peut comporter une ou plusieurs couches.

L’emboutissage : matériaux utilisés et tolérances ?

L’emboutissage est une technique indispensable dans divers secteurs : industriels, ferblantiers, fabricants d’ustensiles, constructeurs automobiles et bien d’autres. Pour la fabrication de pièces embouties, les prestataires peuvent utiliser différents types de matériaux. La tôle fine est la plus courante, car elle est facile à utiliser et abordable. Les entreprises spécialisées peuvent également fabriquer un alliage non ferreux dans certains cas.

Pour la conception de pièces embouties dans l’industrie optique ou horlogère, par exemple, elles utilisent du laiton. Le nickel possède également d’excellentes propriétés d’emboutissage. C’est pourquoi il est souvent utilisé pour obtenir une finition parfaite. Il faut noter que l’ajout d’aluminium et de ses autres alliages augmente la durée de vie des produits. Le cuivre est lourd, mais il est très résistant à la corrosion. Quant au zinc, il est impossible d’obtenir une forme complexe sans atteindre une température élevée de 100 à 150°C. Enfin, le magnésium et le titane doivent être chauffés à au moins 200°C pour obtenir des pièces de qualité qui répondent aux attentes des clients.