Pourquoi les restos japonais sont-ils gérés par des Chinois ?

La gastronomie asiatique a une grande influence sur la cuisine du monde. Le restaurant asiatique est implanté dans plusieurs pays. La cuisine asiatique est appréciée par beaucoup de personnes. On remarque, pourtant, que certains restos japonais sont gérés par des Chinois. Quelles sont les raisons de cette tendance ?

La tendance des sushis

Partout dans le monde, notamment à Paris, on recense de nombreux restaurants japonais. Cependant, les 90% de ces restos sont gérés par des Chinois. Seulement 10% d’entre eux sont tenus par des Japonais. La première raison de cette tendance est la rentabilité des sushis, des préparations qui font la réputation d’un restaurant asiatique. Les sushis sont souvent servis dans un restaurant chinois, japonais et encore indien. Durant ces décennies, les sushis sont devenus très tendance. Selon l’affirmation d’un traiteur chinois, ce menu dégage une rentabilité importante. Ainsi, proposer ce plat japonais dans un « resto japonais » permet de se faire plus de bénéfice que d’ouvrir un vrai restaurant chinois.

Les Chinois ont un bon sens de l’organisation et de l’entraide

L’effectif des Japonais qui vivent en Ile-de-France est moins élevé comparé à celui des Chinois. En effet, plus de 400 000 Chinois vivent sur le territoire français contre un effectif d’environ 30 0000 individus pour les Japonais. De plus, la plupart de ces immigrants chinois viennent de la région de Zhejiang. Pourtant, les immigrés venant de cette région peuvent bénéficier de la tontine, une sorte d’entraide communautaire. Cette aide financière permet aux Chinois immigrants de recevoir une source de financement leur permettant d’ouvrir facilement des commerces en France, une opportunité pour gagner de l’argent et d’aménager un restaurant asiatique.

L’évolution de la cuisine japonaise

Étant donné que les Chinois ne sont pas vraiment formés à la cuisine japonaise, ils ont apporté quelques évolutions à cette gastronomie dans le but d’en faire profit. Ces modifications enchantent quand même les clients. À Paris, un restaurant asiatique proposant des menus japonais sert, par exemple, du riz plus long et plus fin. Par contre, du riz japonais est en réalité plus court et plus compact. Au Japon, les sushis sont vendus dans les sushiyas, des restaurants qui servent uniquement des sushis, tandis qu’à Paris, les restos japonais des Chinois proposent d’autres menus avec les sushis.